Page d’accueilli    » TOURISME    » Sur le tourisme en Azerbaïdjan   

Sur le tourisme en Azerbaïdjan

  



align=

Un des domaines les plus larges et répandus du repos actif est le tourisme. Chaque année, des milliers de personnes participent à l’ordre de ceux qui aiment voyager et ainsi le tourisme commence à prendre plus grande partie de jour en jour. Le tourisme n’est pas seulement un intérêt et une mode. La vacance est un besoin qui est transformée en une habitude par les gens dans les derniers 20-25 ans. 
Pendant les périodes des caravanes commerciales de l’Ancien et du Moyen Age en Azerbaïdjan, les premiers voyages à l’Azerbaïdjan étaient pour les objectifs commerciaux, religieux et pour découvrir. Les caravanes commerciales se trouvant dans les territoires d’Azerbaïdjan peuvent être considérée comme les premiers voyages. L’Azerbaïdjan était un pays connu comme une importante station sur la grande route de la soie pendant les anciennes périodes.
Selon les informations fournies par les auteurs historiques, une des routes de la soie  qui est la plus efficace et active a traversé sur l’Albanie du Caucase (un ancien Etat se trouvant dans les territoires de la République moderne d’Azerbaïdjan). Selon les écritures de Strabon, une grande majorité des produits indiens ont été amenée à la mer caspienne par les rivières en passant sur l’Asie Centrale, ensuite à l’Albanie par la voie maritime et la Géorgie de l’est (Iberia) par  la rivière de Kür, de là, à la mer noire. Les villes se trouvant dans la grande route de la soie ont joué un rôle important. 
Les villes se trouvant dans la route de la soie comme Tabriz, Marağa, Ardebil, Gence, Nakhitchevan, Ordubad, Nuxa (Şeki) ont transformé en un centre commercial international et très important au nord de l’Azerbaïdjan. 

Période du XIVème siècle jusqu’à la fin du  XIXème 
La ville de Bakou se trouvant sur la séparation des routes maritimes et routières vers l’Iran et l’Inde ont joué un rôle très important pour les relations commerciales entre l’est et l’ouest au milieu du XIVème siècle. La route maritime de Volga-Caspienne arrivant à la mer caspienne et ensuite à l’Iran et l’Inde en passant sur la rivière de Volga et la mer méditerranéenne ont causé de la construction des caravansérails à Bakou. Les historiens et les voyageurs qui ont voyagé à l’Azerbaïdjan dans les différentes périodes ont mentionne l’Azerbaïdjan dans ses propres récits de voyages.  Multanı (XII - XIV), Buhara (XIV - XVI), Persan, Lezgi etc. peuvent remporter à nos jours. 
Les informations se trouvant dans les récits de voyage appartenant aux voyageurs, aux marchands et diplomates (Marko Polo, Ryui Gonzales Klaxvio, Afanasi Nikitin, İosafat Barbaro, Ambrocco Kontarini, Antoni Cenkinson, Vincensi Alesandri, Sadko, Övliye Çelebi, Fedor Kotova) qui sont venus en Azerbaïdjan dans les différentes périodes  montrent que notre population a adéquatement pris la place au processus du développement de l’histoire du monde encore à ce moment. 

La période du tourisme de la fin du XIXème siècle jusqu’au milieu du  XXème siècle 
A la fin du XIXème siècle et  au début du XXème siècle, les caravansérails ont été utilisés comme un hôtel en réalisant les travaux de réparation dans les bâtiments des caravansérails dans le but de créer un environnement confortable pour les invités dans les caravansérails de Bakou. Après que l’Azerbaïdjan ait passé sous la domination de l’Empire russe, le tourisme et les voyages des affaires en Azerbaïdjan étaient concernés avec la Russie. On peut dire que l’histoire du tourisme en Azerbaïdjan  appartient à l’année 1908. Les bureaux de club de montagne de Crimée-Caucase ont été fondés en 1908 à Bakou. Le bureau de Bakou était chargé de l’organisation des services de voyage de près comme de loin. Les chercheurs et les communautés qui aiment voyager (communauté de la géographie, Association de ceux qui aiment la nature, Association des universités populaires etc.) ont commencé à prêter attention au développement du tourisme à la fin du 

XIXème et au début du XXème siècle.
Association prolétariat du Tourisme” ont commencé à transformer en un centre important du mouvement touristique dans l’URRS à partir de l’année  1929. Cette association a formé plusieurs bureaux dans les villes différentes surtout à Bakou. Les devoirs fondamentaux de l’Association prolétariat du Tourisme est d’assurer le développement du tourisme, de donner au tourisme un mouvement social organisé, d’ajouter les éléments ethnologiques dans le tourisme. L’objectif social est de transformer le tourisme en mouvement commun et de contenir les différentes parties de la société (surtout la population ayant moins d’opportunité). Le tourisme a augmenté le niveau culturel et politique de cette partie de la société. 
On a fondé en 1922 les premières associations de sortie à Bakou. Selon les sorties, ils visent à montrer les personnes travaillant dans les usines, les mines de l’usine et du pétrole avec les autres domaines de travail. Pendant l’été, on a organisé les sorties aux cotés de la mer caspienne, les îles comme Merdekan, Şüvalan, Buzovna, Türkan, Zığ, Artyom  et dans la bande de Şıx. On a réalisé 450 sorties en 1927. Pendant ces années, il a devenu le syndicat la plus active qui s’occupe des sorties du tourisme. 
L’Azerbaïdjan PTEC qui a réalisé en 1929 ses activités comme un bureau de PTEC (Association prolétariat du Tourisme et des Sorties ) a commencé à travailler en 1935 au sein du Comité du tourisme centrale de l’RRS d’Azerbaïdjan. Le Conseil de Commissariat Populaire de l’RRS d’Azerbaïdjan a pris une série des mesures pour améliorer les activités du tourisme par une décision numéroté 476 du 11 mai 1935. L’Azerbaïdjan PTEC a formé la base du soviet de Kirovabad à la ville de Gence. On a loué 3 maisons en forme d’hôtel à la ville d’Hacıkend. On a fondé un camp de tentes de 20 personnes à cote du lac de Göy.

Jusqu’à la période de l’indépendance (1950 - 1991)
On a organisé les sorties et les promenades avec les chevaux et les vélos dans ses campes pour rendre les sorties plus intéressant.
Dans les années de la deuxième guerre mondiale, on a arrêté les sorties du tourisme en Azerbaïdjan comme dans l’URRS. 
Dans les années après la guerre, le tourisme de l’enfant, de la famille et du sport ont commencé à prendre une grande partie. On a formé une base des touristes de Bakou au mois de septembre 1950. Cette base a été installée au parc au nom de Nizami.  
Le Direction des Sorties du Tourisme d’Azerbaïdjan a été nommé en 1962 comme le Conseil du Tourisme de la Présidence d’Azerbaïdjan et en 1969 comme le Conseil du tourisme de l’Etat d’Azerbaïdjan. 
Comme la base des touristes de Bakou, on a fondé le camp touristique des tentes Sputnik pour 150 personnes en 1962 dans la région de Nabranda (région de Xaçmaz) pour les travailleurs de Bakou. On a fondé le club du tourisme en 1963 à Bakou, la base du tourisme Hazar en 1965 à Nabran, Gence, Sumgayıt, les bureaux de sortie en 1969 dans les bourgs de Naftalan et de Merdekan de Bakou. On a aussi fondé les bâtiments avec la nouvelle profonde des bases touristiques en 1970 à Zagatalada et en 1972 à Şuşa, le camp touristique Dostluk en 1975 dans les régions comme Nabran, Gebele, Caucase et Haçmaz, et dans la même année l’hôtel touristique Karabakh à Bakou.  On a ouvert des bureaux se sortie à Xankendin (1971) et Mingeçevir (1972). Dans les années suivantes, on a fondé le premier bureau du tourisme en 1978 en Nakhitchevan.  Le développement du tourisme social était très élevée dans les années 1970 – 1987. Afin d’augmenter l’infrastructure technique et matérielle du tourisme extérieure, on a mis en service l’hôtel 1942 d’Azerbaïdjan étant le plus grand complexe d’hôtel à la République d’Azerbaïdjan dans l’année 1973. On a ajouté en 1978 l’Hôtel Moscou pour 200 personnes à l’hôtel İnturist.  A partir de l’année 1929, on a fondé les bureaux du tourisme dans les différentes villes surtout à Bakou pour augmenter la principale activité touristique dans le pays. Selon les experts qui s’occupent du tourisme, le tourisme d’Azerbaïdjan a obtenu en 1987 son plus haut niveau.
Dans la même année, environ 50 milles de personnes de différents pays et 250 milles de personnes de différentes régions de l’URRS ont rendu une visite en Azerbaïdjan. Quand le niveau du tourisme augmente dans le pays, on a construit l’hôtel touristique pour 200 personnes à Şuşa, et pour 300 personnes aux villes de   Lenkeran et Mingeçevir. L’hôtel Karabakh à Bakou a été restauré.  
L’Etat d’Azerbaïdjan est le pays restant dans les mémoires sur le développement du tourisme en 1983. On a pris une décision en 1983 sur la fondation des régions touristiques aux cotes de la mer caspienne sous l’administration d’H. Aliyev, le premier adjoint du Président soviétique du Conseil de Ministres de l’URRS.  On a ensuite accepté la carte du développement touristique en Azerbaïdjan jusqu’à l’année 2000 selon la décision numéroté 381 du 2 septembre 1984 des Ministres soviétique de l’Etat d’Azerbaïdjan. 
A la suite des événements réalisés en 1988 dans la région autonome du Haut Karabakh et ses entours, le nombre des touristes intérieurs et extérieurs a largement diminué. L’application de l’état urgent dans les villes comme Hankendi, Şuşa, Sumgayıt, et surtout Bakou a causé l’arrêt des activités des organisations du tourisme dans ces régions de la République. La politique de l’hostilité réalisé par les arméniens a causé de l’arrivée des centaines de refugies en Azerbaïdjan. 
Les azerbaidjanais qui ont été chassé de l’Arménie au mois de décembre 1988 ont été installés dans les régions touristiques du pays par la décision du gouvernement de la République. 

Période Apres l’Indépendance 
A partir de la première partie de l’année 1990, on a annulé les destinations touristiques se trouvant en Azerbaïdjan. Les négations sur la guerre et les frontières ont causé de l’apparition des autres questions au système du tourisme. Par exemple, 10 bases du tourisme enregistrées dans le système syndical ont resté dans les territoires occupés, on a installé les refugies forcés dans les territoires restants comme indiqué ci-dessus. Le tourisme étranger a été annulé au mois de septembre 1991 selon les contrôles et on a fondé le Conseil du Tourisme étranger au sein du Comité des Ministères de l’Etat d’Azerbaïdjan. La tendance du développement du tourisme n’a pris la place que les hauts processus législatifs à la fin de l’année 90. 
A nos jours, Il y a les Hôtels modernes qui peuvent accueillir les invités étrangers dans les villes comme Bakou, Gence, Nakhitchevan et les autres villes à la fin du  r XXIème siècle. Plus de 100 entreprises touristiques rendent le service aux touristes étrangers et touristes locaux. 149 hôtels ont été enregistrés dans les registres officiels. Le nombre des chambres est plus de 5000 dans les mêmes hôtels. On a mis en service les centres de repos et de traitement de haute qualité dans les régions du tourisme. Le nombre des invités étrangers qui sont venus en Azerbaïdjan est plus de 1 million de personne.  



Oxunub: 111348



Azərbaycan Televiziyaları
İnternet Radio