Page d’accueilli    » CAPITALE    » Baku   

Histoire

  


align=

Baku

Date de fondation – IIIème siècle
Superficie – 2,13 mille km2
Population – 2.039.700 personnes
Densité de population – 1 km – 958 personnes
Baku est la capitale d’Azerbaïdjan. 

Histoire de la capitale
L’histoire de Baku s’appui sur l’ancienneté, mais le temps instant de son existence n’est pas encore connu. Que la presqu’île Apchéron, où se trouve la ville, possède une situation géographiquement convenable, un golfe tranquille, un climat tempéré et sec, un sol végétal et des sources de sous terre, a y préparé le terrain pour la formation des domiciles humaines d’antiquité. Au sud-est de Baku moderne, à proximité de la Mer Caspienne il y a la région de Qobustan. Comme on paît plusieurs bestiaux dans un espace étendu, on a dessiné leurs images sur les rocs de montagne à l’environ. Sur ces images appartenant à VIIIème millénaire, il y a des diverses scènes de chasse des peuples anciens, qui ont vécu dans cette région, des cérémonies et rites. A Qobustan sur une écriture latin considérable appartenant aux années 80-90 avant J.C. à la côte de montagne Böyüktaş, se trouve les expressions suivantes : « Empire Domision César Auguste Hermanique, Lucy Yuliy Maxim, XII. « Avec la rapidité de l’éclair » c’est le temps de légion centurion ». Probablement le nom de village nomme Ramana (ou bien Romana) à l’environ de Baku, informait que les troupes roumaines étaient une fois à Apchéron à Ième siècle après J.C. A l’antiquité Baku était connu comme « la terre brûlant » également à l’extérieur de ses frontières grâce à son pétrole. 
Sur les sources écrites concernées de Baku de moyen âge, on parle toujours de « feu brûlant » à son entourage. Parmi les premiers qui ont mentionné de ce sujet il y a Paniyli Prisk de Byzance. Au début de Vème siècle il parle de « feu sortant de roc subaquatique » en parlant de la ville d’Albanie de Caucase. À partir de IXème siècle avec l’expansion de la religion d’Islam dans la région, Baku est commencé d’être mentionné comme une cité féodale petite mais développé dans les sources écrites des géographes et historiens arabes. Dans ces sources on a mentionné qu’il y a des sources de pétrole blanc et gris foncé.
A deuxième moitié de IXème siècle, l’affaiblissement de califat des Abbasides et le raffermissement de la tendance d’éloignement de souveraineté centrale des pays soumis au califat, a cause à la création de certains états indépendants. Un de ces états était l’Etat de Chirvanshah. Baku de moyen âge est devenu une des cités principales de Chirvan avec Şamaxı. A Xème sièce avec la transformation de l’Etat de Chirvanshah le centre des faits dans la région, la ville a commencé de développer vraiment. A ce moment là on a commencé pour la première fois à la structure des murs de citadelle à Baku. Les écritures de pierre, constatés sur les murs au cours des travaux de restauration, le prouve aussi, comme il est déterminé là-bas les murs sont construits à l’époque de Menuçöhr 2ème (1120 – 1160). Le suivant développement de l’Etat da Chirvanshah rencontre à l’époque de souveraineté d’Akhistan 1ère, le fils de Menuçöhr 2ème. Il a évincé avec succès les attaques de Seldjoukides et des Coumans nomades. A son époque on a créé une marine puissante au port de Baku. Ainsi il a pu prévenir avec 73 bateaux la pression des Russes attaquant à l’entour de Baku en 1175. En 1191 Akhistan 1ère de Chirvanshah a transmis son domicile de Şamaxı à Baku et pour la première fois Baku est devenu le centre de l’état de Chirvanshah. La structure la plus ancienne venant de ces jours jusqu’à maintenant est la mosquée de Muhammed, construit à citadelle de Baku dans les années de 1078-1079. Parmi les structures de cette époque les tours et les citadelles ont une position spéciale – ces structures étaient des ceintures fiables dans le combat interne et lieu d’abri lors des attaques pour les féodales. Les ceintures et le renforcement de citadelle de Baku était soigneusement considéré. Pour la protection de côté marine de Baku, on a construit une citadelle au golfe de Baku dans les années de 1232-35, c’est la citadelle de Sebail qui a resté sous l’eau. A XIIème siècle la totalité du pays passe sous la souveraineté de Mongol. En 1230 après l’encerclement qui a duré long temps, Baku est aussi battu par les Mongols. Au début de XIVème siècle le commerce, en particulière l’armement est réanimé, le port de Baku a commencé de recevoir les bateaux des marchands italiens de Gènes et de Venise. Baku faisait commerce avec les pays d’Horde d’or, de grande-principauté de Moscou et des pays européens. D’ici on apportait de pétrole, de tapis et des autres marchandises en étranger. On apportait des marchandises également  à Astarhan et à l’Asie centrale afin de faire commerce. A la première moitié de XIVème siècle sur l’augmentation de rôle économique et politique de Baku, la Mer Caspienne a commencé d’être nommé souvent comme la Mer de Baku. En 1501 Chah İsmail de la famille de safavides a attaqué sur Hatayi Chirvan et il a maîtrisé Baku. Les bâtiments construits à la ville au cours des siècles de XVII – XVIII désigne que l’architecture et la main-d’œuvre de gravure sur pierre ont haussés. Cependant les ceintures de Baku sont renouvelées pour la deuxième fois. A XVIIème siècle il y a eu les attaques de Kazakhs de Don et Volga à Apchéron. En 1660 les Kazakhs de Stepan Razi ont attaqué aux rivages de Baku de la Mer Caspienne et ils ont distribué le village de Maştağa.
A partir de XVIIème siècle, les sources naturelles riches de la ville et son importance stratégique commencent d’intéresser la Russie. Petro 1re  essayait de garder les frontières de sud et d’ouest de la mer Caspienne et d’obtenir cette dernière tout en pressant les turcs et les iraniens. Pour l’obtention des régions à l’autour de la mer Caspienne, il a constitué une troupe marine militaire spéciale. A la fin de juin 1723 eskadra constituant de sept bateaux est envoyé à la cité d’Astarhan sous la direction de Matyuşki, général de brigade. Le 26 juin 1723 Baku, qui a été entouré et soumise au bombardement pour long temps, s’est délivré aux russes. Sur le firman de Petro on a créé deux régiments (2382 personnes) à garnison de Baku sous la direction de knyaz Baryatyanski, commandant de la ville. En 1725 après la mort de Petro, les régions à l’autour de la mer Caspienne ont commencé d’être à charge aux russes. On avait besoin d’une grande armée pour la protection des terres sous occupation et les coûts étaient plus que leur revenu. En 1730 la situation est devenue un peu plus mauvaise, en Iran le commandant talentueux, Nadir Chah a commencé de se fortifier. Les réussites de Nadir Chah à Chirvan a forcé les Russes de faire une entente aux proches de Gence le 10 mars 1735, en vertu de cette entente, les troupes russes ont du sortir de Baku. Ainsi Baku est passé sous la souveraineté d’Iran de nouveau.
Après la mort de Nadir Chah en 1747 lors d’un coup de palais, son empire s’est dispersé. Sur le territoire d’Azerbaïdjan quelques khanats sont créés, khanat de Baku était un des plus importants. Mirza Muhammed Khan (1747-1768) qui a obtenu la souveraineté, a passé à la tête de ce khanat. Au cours de son pouvoir de vingt ans Mirza Muhammed Khan a aidé à la réparation économique et au développement commercial. Il était amiral, il était à la tête de marine pour des cibles militaires et pour le transport de charge. Après lui, son fils Melik Muhammed Khan a passé au pouvoir de khanat. Les guerres féodales entre les khanats n’arrêtaient pas. Khan de Baku a aussi participé à la lutte et il luttait à côté de Feteli Khan, le khan de Kuba, son parent. En 1784 Melik Muhammed Khan est péri donnant le trône- la couronne de khanat de Baku à son fils Mirza Muhammed Khan 2ème (Père d’Abbaskulu agha Bakıhanov, historien célèbre azerbaïdjanais d’avenir).  Les années suivantes sont passées avec les guerres intérieures parmi les khanats. Au sein de khanat de Baku, les guerres intérieures étaient faites en général pour les métaux pétroliers apportant des grands revenus. Dans cette étape même si l’économie soit animée un peu, à la fin de XVIIIème siècle Azerbaïdjan a subi un grand dommage à la fin des attaques destructrices d’Agha Muhammed Khan Kacar, souverain iranien, qui a dépendu à soi-même tous les provinces de son pays et le sud d’Azerbaïdjan. En 1795 Agha Muhammed KHan Kaçar a obtenu Baku et il l’a transformé en ruine, mais dans un délai court son armée a quitté Chirvan. Le Gouvernement de tsar, qui a vu qu’Agha Muhammed Khan Kaçar s’est fortifié, a commencé de suivre la politique pour soumettre Azerbaïdjan en Russie. A l’été 1796 sur l’ordre de Yekaterina 2ème les troupes de Tsar ont commencé de marché vers le Caucase sous direction de général Zubov. Sur la première demande de Zubov, qui a envoyé une armée de 6 mille personnes, pour l’obtention de la ville, Baku s’est délivré. Le 13 juin 1796 la marine de la mer Caspienne a été comprise dans le buhta de Baku et les troupes russes se sont installées à Baku. 
Accord de Gülistan conclu en 1813 entre Russie et Iran a certifié en même temps l’intégration de khanat de Baku en Russie. Mais l’accord n’a pas pu arranger totalement les mécontentements entre la Russie et Iran. L’ancien khan de Baku avait perdu ses espoirs de retourner à la ville. En juillet 1826 quand l’armée iranienne est entrée en Azerbaïdjan de nord, une troupe sous la direction de Hüseynkulu Khan s’est dirigé vers Baku et a participé à l’encerclement de la vile. Les habitants de Baku et des villages voisins ont révolté contre les russes et ils l’ont aidé activement. Mais la défaite de l’armée iranienne et le pas de l’armée russe contre le khan de Baku a forcé cette première de retourner en Iran en 1826. Après la terminaison de la dernière guerre de russo-iranien, on a conclu l’accord de Türkmençay er 1828. En vertu de cet accord, Azerbaïdjan s’est divisé entre la Russie et l’Iran sur l’Araxe. L’accord a confirmé officiellement l’occupation des terres et également de Baku par les russes. Cependant les frontières de Baku terminaient par « İçeri Şehir (ville interne) » encerclé par les ceintures de citadelle, là il y avait trois cent maisons et trois mille personnes. Après la guerre russo-iranienne la ville a commencé de grandir de plus en plus. A deuxième moitié de XIXème siècle Baku avait la première place parmi les autres villes d’Azerbaïdjan sous l’aspect d’économie social.  Dans le développement de la ville, la production de pétrole était bien importante. Le besoin pétrolier de l’économie russe était augmenté. Baku servait au développement industriel de Russie. Le gouvernement de tsar contrôlant les puits de pétrole, les louaient à diverse personnes aux distances définies aux premières périodes. Mais aux années de 60s le système de location des puits de pétrole était perçu déjà comme un reste inutile de passé et on a eu besoin d’organiser l’affaire de pétrole pour le développement de cette branche d’industrie. En 1872 les nouvelles règles sont confirmées. Conformément à ces règles, les sources pétrolières au compte de location de l’état sont fait passer aux personnes privées par voie d’adjudication. Enlèvement de système de location a causé un changement important dans le secteur entier de pétrole. Cette ambition de pétrole ne peut être comparée qu’avec l’ambition d’or à Klondaik. La consommation des sources pétrolière à Baku a commencé rapidement et on a assuré le flux de capital par des sociétés étrangères de pétrole. Dans un court délai on a constitué les représentations des sociétés de Suède, d’Angleterre, de France, de Belgique, d’Allemagne et des Etats-Unis à Baku. Parmi les plus célèbres entre eux il y avait les sociétés des frères Nobel et Rotshild. Au début de XXème siècle, presque la moitié de tout le pétrole, produit au monde était produit à Baku. Avec l’industrie de pétrole, les autres domaines de l’économie ont commencé de se développer aussi. En 1883 le chemin de fer liant Baku à Tbilissi est ouvert, en 1892 le premier cornet a commencé de marcher dans la ville, en 1990 le chemin de fer Petrovs (Mahaçkale de maintenant) de Baku ayant sorti aux gouvernements centrales de Russie et puis en Europe, est construit. Parme les années de 1868-1879 on a construit les premières lignes de télégrammes entre Baku, Tbilissi et Krasnovodsk, en 1886 on a construit le premier central de téléphone à Baku. En 1917 l’eau de la ville est assuré par la voie de canalisation d’eau de Şollar qui continuer de marcher toujours sans arrêt. Baku développait aussi dans le domaine culturel. En 1873 le premier théâtre national d’Azerbaïdjan a été construit. En 1875 le premier journal a été publié. En 1894 Neriman Nerimanov a fondé la première bibliothèque nationale. En 1908 on a mis en scène le premier opéra « Majnoun et Leila » à l’est. L’affaire de maison d’édition a commencé de se progresse, les imprimeries sont ouverts, les journaux en langue azerbaïdjanais et russe y compris (« Baku », « Kaspi », « Bakinski Raboçiy », « Himmet », « Yoldaş »), les brochures, livres et magasines sont commencés d’être publiés. Cette ville à presqu’île de Baku développait d’une vitesse fameuse en Russie et en Europe en général. Les gens cherchant pour travail et bonheur des différentes nations des pays étrangers et de tous les parts de Russie venaient en foule à Baku. En 1883 la population de Baku a passé 45 mille, en 1913 ce nombre a arrivé à 200 mille. L’autour de la ville était réparé, le nombre des structures architecturales avec des apparences extraordinaires augmentait. Il y avait gare de chemin de fer ; Bakü Duması ; Ecole de « Realni » (Bâtiment de l’Université d’Economie de maintenant) ; « İsmailliye » (Bâtiment de Comité de Présidium de l’Académie de Science d’Azerbaïdjan de maintenant) etc. En même temps il y avait des activités de verdissement dans la ville, avec le hammam de ville on a construit des vignes, boulevardes au longue de borde de la mer : Mihaylovski (Station d « İçerişehir » de maintenant), Mariyinski (vigne de Molokan), Vigne de Nobel (parc de Nizami). Ainsi le développement économique de la fin de XIXème siècle a rendu Baku un des centres le plus grande de Russie, et elle se transformé à la cité la plus grande et la plus importante de Caucase. 
En Février 1917, le gouvernement de Tsar est renversé en Russie. Le 2 novembre 1917 on a tenu à Baku la conférence de Soviet de Baku. Là les bolcheviques nommant cet organe comme autorité supérieure de la ville, ils ont publié que le pouvoir soviétique a été fondé. En Mars 1918 Soviet de Baku a réalisé un génocide aux habitants désarmés des quartiers turcs de Baku. Au cours de ce massacre presque dix mille habitants ont été tués. A la tête de tyrannie réalisée contre la population de la ville, il y avait S. Şaumyan, le président de Comité de Défense de Révolution de Baku. Chef d’Etat-major général de l’Armée rouge à Baku, colonel de l’armée tsar, était Z. Avetisyan, un membre de partie Taşnak. L’anarchie qui a duré à Baku de 30 mars jusqu’à 2 avril et après à Uyezdler, n’était rien que le génocide commis contre le peuple d’Azerbaïdjan. C’est pourquoi la souveraineté soviétique n’a pas duré long temps et elle est abolie scandaleusement en 1918.
Après la dispersion de Fédération de Zakafkasya, en date du 28 mai 1918 la République Démocratique d’Azerbaïdjan a été publie. Cependant Baku était avant sous direction de commun de Baku et après sous dictature de Sentrokapsi constituant de Taşnak et Menchevik. La Turquie est arrivée à la rescousse de jeune République d’Azerbaïdjan. Au sein de son armée caucasienne islamique des 15 mille personnes, les troupes azerbaïdjanaises reconstituées sous la direction de Général Şıhlinski, luttaient aussi avec les turcs. Armée islamique caucasien luttant et passant la totalité de territoire azerbaïdjanais, a brisé le 15 septembre 1918 la résistance de l’armée des milliers de personne qui l’a opposé et a entrée à Baku. Baku est publié la capitale de la République démocratique d’Azerbaïdjanais et le 17 Septembre 1918 le gouvernement est transporté à Baku avec l’administration de F. Hoyski,
Le 27 Avril 1920 L’armée rouge XIème passant les frontières d’Azerbaïdjan, s’est dirigée vers Baku. En même temps la Russie soviétique a signifié un ultimatum à la République d’Azerbaïdjan pour délivrer son pouvoir. Le 28 avril l’Armé Rouge XIème a entré à la capitale d’Azerbaïdjan.
Après la fondation de souveraineté soviétique le développement de Baku a continué.
Dans les années de 1924 à 1937 trois alternatives de plan principal de Baku ont été établis. Cependant les travaux étendus de structure ont continué dans le centre, la région historique et à l’environnement de la ville, les nouvelles zones résidentielles : des localités, portant les noms des personnes comme M. Memmedyarov, P. Montin, S. Razi etc. ont été construits.
En 1926 on a construit le premier chemin de fer électrique assemblant l’URSS à Baku avec les localités des ouvriers situé à l’environnement de la ville. Dans ces années on réalisait aussi le projet de verdissement de Baku. Dans des corvées obligatoires, auxquelles des milliers des habitants de Baku ont participé, on a réalisé des parcs et vignes non seulement dans les parties historiques de la ville mais aussi dans les nouvelles régions.
Avec le début de IIème Guerre Mondiale, Baku est devenu de nouveau le centre sur lequel l’opinion publique international se concentre. En 1939, après la conclusion de pacte de non-agression parmi les Soviétiques et Allemagne, l’URSS a commencé de fournir le pétrole pour Allemagne. La France et l’Angleterre ont planifié d’obtenir la région d’industrie pétrolière de Baku tout en le bombardant dans les années 1930-40. Selon l’avis des générales françaises, une telle opération pourrait affaiblir la puissance économique de l’Union Soviétique et pourrait causer aussi à la faillite des Soviétiques. L’Angleterre aussi elle avait un plan similaire. Poste de commandement des forces aériennes de Royaume Britannique avançait la possibilité que « trois escadrons bombardiers pourraient détruire les mines pétroliers de 6 semaines jusqu’aux 3 mois ». Mais l’attaques puissante occidentale des Allemandes a obligé les alliés d’ajourner leurs plans sur Baku. Baku a eu un grand effort sur l’enlèvement avec succès de fichisme. Au cours de la guerre les réserves pétrolières de Baku constituaient le 75 % des réserves pétrolières de pays. Le 90 % de carburant des avions consistait du pétrole de Baku. Les ouvriers de pétrole considérant les besoins augmentés pour pétrole, ont fait arriver la production de pétrole à 23.482 million ton -  un niveau record en 1941. Au cours des années de guerre, Baku a accueilli 440 mille de blessés, comme une ville de front arrière. 
La ville a continué de se progresser même après la guerre. En 1949 on a commencé de faire des Pierres de pétrole (neft daşı). Il était la première expérimentation sur le traitement des gisements en haute mer au monde. A partir des premiers ans de l’étape après guerre, la construction des appartements et des bâtiments de service social, est fait continuer. Le centre de Baku et les nouvelles régions sont munis des structures architecturales modernes grâce à la compétence et la maîtrise des architectes classiques d’Azerbaïdjan, comme M. Hüseyinov’un, S. Dadaşov’un, H. Mecidov’un, E. Kasımzade’nin, K. Elizade’nin, K. Alesgerov’un et les autres. Baku est transformé à un des centres industriels importants et grands de l’alliance ancien. En plus de production pétrolière et des industries diverses de pétrole, l’industrie d’électron et l’industrie d’alimentation développaient d’une façon intense. Dans un court délai on a construit, à Baku, des grandes exploitations comme usine de climatiseur, usine d’informatique, usine de vin de champagne etc. Les produits concurrents de ces exploitations dans le marché ont conquiert non seulement le marché intérieur des Unions Soviétiques mais aussi quelques marchés étrangers. 
Baku était un carrefour important de transport de l’URSS. Elle était à troisième rang parmi les villes des républiques d’alliance selon le volume de circulation de charge des mêmes années. Port de commerce de Baku était important. Ce port était connu grâce à sa structure géante non seulement à la Mer Caspienne mais aussi parmi plusieurs ports de l’alliance. Un des évènements importants était l’ouverture de premier métro du Moyen-Orient à Baku en 1967. Baku a été transformé au grand centre d’éducation et de culture. La totalité des grandes institutions d’enseignement supérieur d’Azerbaïdjan se trouvaient à la capitale. En plus il y avait le théâtre et la maison culturelle, ainsi les réunions sociales, scientifiques et professionnelles importantes au monde et en alliance tout entier ont été tenu dans cette ville.
En 1988 on a avancé les demandes d’intégration de la ville d’Haut-Karabagh  d’Azerbaïdjan à Arménie. En même temps la totalité de la population d’origine azerbaïdjanais – plus de 200 mille personnes ont été fait sortir d’Arménie et la plupart de ces derniers se sont installés à Baku.
En 1991 après qu’Azerbaïdjan ait obtenu son indépendance, Baku, étant la capitale d’Azerbaïdjan indépendant, est devenue le centre le plus grand de commerce, de culture et de science de Caucase.  Les travaux d’aménagement réalisés, les nouvelles zones résidentielles, parcs, places construits, les gratte-ciels haussés dans la ville montrent que le nouveau processus de la capitale de son histoire a commencé.



Oxunub: 30021



Azərbaycan Televiziyaları
İnternet Radio