Page d’accueilli    » LES BEAUX ARTS    » Les anciennes bibliothèques de l’Azerbaïdjan   

Les anciennes bibliothèques de l’Azerbaïdjan

  


align=
La période de développement de l’art de bibliothèque azerbaïdjanais appartient à XI siècle mais son histoire remonte à des anciennes époques. Les premières bibliothèques de la région où nous vivons ont été créé lors de la création des organisations gouvernementales. Au V siècle l’alphabet albanais de 52 lettres a été créé dans l’Albanie caucasienne. Ainsi, un certain nombre de livres a été traduit en albanais et des petites bibliothèques ont été organisés dans des églises et des écoles. A la suite de la diffusion de l’Islam en Azerbaïdjan, des bibliothèques ont été organisées dans les mosquées et les médersas et la culture du livre a commencé à se répandre. Mais ce développement a eu un changement véritable au XI siècle. Le nombre des bibliothèques a augmenté considérablement pour la protection des oeuvres précieuses écrites depuis cette époque.

Les premières bibliothèques personnelles

La bibliothèque de Bahmanyar
La création des riches bibliothèques de l’Azerbaïdjan est liée aux noms des célèbres personnalités. L’une de ces personnalités est le philosophe Abulhasan Bahmanyar (993-1066), étudiant d’Ibn Sina. L’une des plus belles bibliothèques du XI siècle était la bibliothèque personnelle de Bahmanyar. Cette bibliothèque était riche en livres précieux et Bahmanyar l’avait transformée en un centre d’échanges des scientifiques. Ses propres oeuvres avaient une place importante dans la bibliothèque. Le fameux « Livre d’éducation » de Bahmanyar lui avait apporté une popularité non seulement en Azerbaïdjan mais partout dans le monde. L’oeuvre a été traduit en arabe et en persan. L’une des copies du livre en persan est sauvgardé dans l’Institut d’Orientalisme au nom de Biruni en Ouzbékistan et l’autre copie est protégée dans la bibliothèque du Conseil national en Iran. Les copies des manuscrits en arabe sont sauvgardés dans un certain nombre de bibliothèque du monde entier (Beyrouth, Istanbul, Caire, Londres, Vatican). La plupart des auteurs des XII-XIII siècles présentent Bahmanyar dans leurs oeuvres comme le fondateurs des livres précieux et un scientifique ayant un grand impact sur ses précédés.

La bibliothèque de Khatib Tabrizi

Khatib Tabrizi (1030-1109) est l’une des personnalités ayant des grands services dans le développement de livre azerbaïdjanais. Khatib Tabrizi avait une riche bibliothèque personnelle à Tabriz. Afin d’analyser certaines questions difficiles qu’il avait rencontré lors de l’analyse du livre « Tahzibul-luga » (purrification de la langue) de savant azerbaïdjanais Abu Mansur Mouhammed Al-Azher (895-980), il avait pris ce livre avec lui. Il s’est rendu à Bagdad, chez le philosophe arabe Abul-Ula Muarrin (973-1057), a vécu à Bagdad jusqu’à la fin de sa vie où il fut enterré. Khatib Tabrizi, connu comme le premier théoricien de la littérature azerbaïdjanaise avait apporté quelques livres de sa bibliothèque en tant que cadeaux à A.Muarrin. Lors de son enterrement à Bagdad, l’ensemble de ces oeuvres ont été exposés.

La bibilothèque Nasiraddin Tusi et « Seyyidena »
Nasiraddin Tusi (1201-1274) a un rôle important dans la transmission des exemples des livres d’Azerbaïdjan et du monde entier aux générations futures. Selon les sources historiques, lors de la prison de Tusi dans la tour Alamug construite au nord de Gazvin, il y avait travaillé en tant que directeur de la bibliothèque créé par Hasan Sabbah. En 1256, Tusi a été libéré de prison selon l’ordre de Hulaku khan. Hulaku khan l’avait nommé son conseiller principal après avoir su qu’il était d’origine turque. Après cela, Tusi avait organisé une bibliothèque dans l’observatoire Maraga construite par l’ordre de Hulaku khan et y avait réunis plus de quatre cent milles livres de différentes parties du monde entier. Une grande partie de ces livres avait été réunie de Bagdad, Sam, Aljazair, Mossoul etc. Bien que cent oeuvres de Tusi de l’observatoire construite dans les années 1258-1261 nous avaient parvenus mais on ne peut pas dire la même chose sur les livres de l’observatoire de Maraga.

La bibliothèque Rachidaddin et « Rachidiyye »
Le nom de F.Rachidaddin est spécialement indiqué en tant que protecteur des livres d’Azerbaïdjan et du monde entier des XIII-XIV siècles. Il a été le vizir principal de l’Etat Elkhaniler. Rachidaddin avait comme mission surveiller le développement de la vie culturelle du pays y compris du patrimoine de l’enseignement et du livre. Il avait créé plusieurs bibliothèques dans des villes comme Tabriz, Gazvin etc. Il y avait deux bibliothèques dans la ville Rachidiyye, au nord-ouest de Tabriz, y compris une université et une bibliothèque au sein de cette université. Les livres ont été apportés de l’Iran, Inde, Egypte, Chine, Grèce, Byzans etc. à deux bibliothèques qui avaient plus de 60 milles livres y compris à la bibliothèque de l’université Rachidiyye, considérée comme la première université de l’Azerbaïdjan et aux bibliothèques des mosquées de ville. Les livres des auteurs azerbaïdjanais avaient une place importante parmi ces livres. Les riches bibliothèques créées par Rachidaddin étaient considérées comme le deuxième plus grand centre scientifique du pays après la bibliothèque créée par Tusi. Afin de protégér le patrimoine des livres, Rachidaddin faisait copier plusieurs fois les livres estimés les plus nécessaires, les envoyait à différentes bibliothèques du pays pour ne pas que lors des catastrophes naturelles, la richesse des livres soit perdue.

La suite du développement des bibliothèques
Après le Moyen-Âge, il y avait plusieurs types de bibliothèques (les bibliothèques de palais,religieuse, scientifique et personnelle) en Azerbaïdjan. Parmi les bibliothèques de palais, on peut indiquer la bibliothèque du Palais des Chirvanchahs (XII siècle), les bibliothèques de Tabriz (XIII siècle), les bibliothèques de palais des Etats Aggoyunlu, Garagoyunlu et Safavites (XIV-XVI siècles). Parmi les bibliothèques de palais, la bibliothèque de palais Tabriz créé au XIV siècle par Chah Ismaïl Khatai, célèbre chef d’Etat de l’Azerbaïdjan avait une place importante. En 1522, Chah Ismaïl Khatai a signé un décret d’Etat sur la bibliothèque. Parmi les bibliothèques religieuses de cette époque, la bibliothèque de l’observatoire Cheikh Safi en Ardebil et parmi les bibliothèques scientifiques, la bibliothèque de l’observatoire Maraga (XIII siècle) ayant plus de 400 000 livres à sa fondation ont une place importante. De nouvelles bibliothèques nationales et sociales ainsi que des bibliothèques personnelles ont commencé à se former depuis les années 40 du XIX siècle. Dans les années 1905-1907, les savants travaillant pour le développement de la culture nationale de l’Azerbaïdjan préparaient des organisations de bienfaisance, essayaient de diffuser la publication des livres et ouvraient des bibliothèques.

La bibliothèque au nom de Mirza Akekper Sabir et la bibliothèque de l’Université d’Etat de Bakou ont été créés lors de la République Démocratique de l’Azerbaïdjan (1918-1920). En 1920, il y avait 965 bibliothèques d’écoles en Azerbaïdjan. Il y avait environ 50 bibliothèques à Bakou et à ses alentours et plus de 100 bibliothèques dans des régions et des districts. Selon les faits officiels, à l’heure actuelle il y a plus de 12 milles bibliothèques dans notre pays.

Pour plus d’informations sur les bibliothèques, visitez ce lien : www.azerbaijans.com/content_161_az.html



Oxunub: 90168



Azərbaycan Televiziyaları
İnternet Radio